Risquer de tomber du vélo ou…

du bienfait des temps morts… !

Sous l’effet combiné de multiples changements dans les entreprises et organisations, on a peu à peu supprimé les temps morts, ou du moins de ralentissement partiel de l’activité durant certaines périodes.

Flux tendus et zéro stock, possibilité (et nécessité ?) d’être joignable 7j/7 / 24h/24, réduction des coûts et « lean management », refonte des processus (le BPR ou « business re-engineering » des années 90), il ne reste plus de temps pour souffler entre 2 projets, 2 appels d’offres, 2 lancements de produits.

Cette absence de temps morts est telle que beaucoup redoutent l’accumulation des emails à leur retour de vacances : certains utilisent la dernière journée avant la reprise pour les lire et les « traiter ». D’autres restent connectés durant toutes leurs vacances pour « garder le rythme ».

On ne prend pas non plus le temps de bien finir les projets : en tirer les leçons, documenter, archiver, et aussi célébrer la réussite avec les équipes ! Vite, vite, il faut passer au suivant…

Et comme nous préférons majoritairement ce qui commence à ce qui se finit (car la fin… c’est quoi ? la mort ? le deuil ?), nous entretenons le phénomène et enchainons allègrement sur le projet suivant.

Une des raisons de l’excès de stress actuel vient de cette pression permanente sur les équipes : on ne s’arrête jamais (comme si on pédalait à bicyclette) ! Sinon, quoi ? Et si on essayait ? On tomberait du vélo ?

 

TRAMA BICICLETTE COLORATE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s