Pourquoi les femmes ne peuvent-elles toujours pas « tout » avoir ?

« Unfinished Business » : un livre qu’Anne-Marie Slaughter a publié en 2015 sur le travail, la famille, les femmes, les hommes, faisant suite aux très nombreuses réactions suscitées par un article qu’elle avait écrit en 2012 dans The Atlantic et intitulé « Why Women Still Can’t Have It All ».

Anne-Marie Slaughter n’est pas très connue en France. Elle dirige actuellement une Fondation appelée « New America » après avoir été professeur à Princeton, Chicago et Harvard. Sa spécialité est le droit international. L’idée de l’article puis du livre lui est venue d’après son expérience : après 2 ans dans un poste auprès du Secrétariat d’Etat tenu par Hillary Clinton en 2009, elle a quitté  Washington à cause de ses enfants, restés à Princeton avec son mari.

Dans une 1ère partie, elle développe 3 « demi-vérités » concernant les femmes :

  1. Vous pouvez tout avoir si vous êtes suffisamment engagée professionnellement
  2. Vous pouvez tout avoir si vous choisissez le bon compagnon
  3. Vous pouvez tout avoir si vous planifiez les choses dans le bon ordre

Pour finir par transformer la phrase en « vous pouvez tout avoir… mais pas au même moment »

Puis 3 autres concernant les hommes :

  1. Les hommes non plus ne peuvent pas tout avoir
  2. Les enfants ont besoin de leur mère (sous-entendu « encore plus » besoin) – la fameuse « caregiver »
  3. Le rôle de l’homme est de pourvoir aux besoins (de sa famille) – le fameux « breadwinner »

Dans une 2ème partie, elle compare le monde des affaires et le domaine de la famille : « competition » versus « care » avec des questions comme « gérer et produire de l’argent est-il réellement plus compliqué que d’élever des enfants ? ». Et le cercle vicieux des professions du « care » : sous-valorisées parce qu’exercées par des femmes ou exercées par des femmes car sous-valorisées ?

Elle prend en compte également l’hétérogénéité – soulevée aussi dans nos débats français – de la situation des femmes : entre les plus diplômées qui luttent contre le plafond de verre et tentent de concilier carrière et vie familiale d’une part ; et les peu qualifiées, parfois seules à élever leurs enfants, qui se débattent dans une précarité tout autre, et dont les emplois demandent souvent une autre forme de flexibilité contrainte (horaires décalés, temps partiel subi).

Dans un prochain article, les pistes de réflexion et de solution qu’elle suggère.

Anne-Marie Slaughter Unfinished Business

Unfinished Business par Anne-Marie Slaughter – Random House Editions – New York – 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s