La force du stéréotype sur les capacités innées confirmée

Pourquoi la répartition des femmes et des hommes dans les disciplines académiques est-elle déséquilibrée ?

The Economist du 17 janvier se fait l’écho d’une étude en cours de Sarah-Jane Leslie (Princeton) et Andrei Cimpian (Illinois). Celle-ci montre que la croyance que certaines disciplines nécessitent pour réussir une brillance intellectuelle innée et primaire (“raw, innate brilliance”) est un facteur influant cette répartition des femmes et des hommes.

Cette croyance est aussi bien celle des professeurs de la discipline – qui vont sélectionner les candidats – que celle des candidats éventuels.

courbe women science

Graphique :

Répartition des femmes en doctorat « STEM » en fonction de la croyance des professeurs de la nécessité pour réussir dans leur discipline d’un talent qui ne peut être enseigné.

C’est donc non seulement la différenciation entre sciences dures (STEM pour natural Science, Technology, Engineering and Maths) et sciences humaines qu’il faut prendre en compte, mais la répartition dans ces deux grands domaines : ce facteur expliquerait par exemple la relative absence des femmes en philosophie.

L’article de the Economist :

http://www.economist.com/news/science-and-technology/21639439-women-are-scarce-some-not-all-academic-disciplines-new-work-suggests

Sarah-Jane Leslie de l’Université de Princeton

http://www.princeton.edu/~sjleslie/gendergaps.html

Andrei Cimpian de l’Université de l’Illinois

http://www.psychology.illinois.edu/people/acimpian

La France exporte en Allemagne…

…et ailleurs en Europe sa charte de la diversité.

Pour son 10ème anniversaire en France, colloque hier 23 octobre à l’Unesco, avec 20 pays participants. Plusieurs témoignages intéressants d’entreprises – comme Convers à Nice en France et Unit Cargo en Autriche – ou de villes – comme Aarhus au Danemark.

Lancée en Allemagne en 2006 par 4 entreprises, la charte allemande réunit près de 2 000 signatures couvrant 7 millions de salariés, se rapprochant des 3 200 signatures revendiquées par la France.

La commission européenne, co-organisatrice de l’évènement, publie à cette occasion une étude rappelant les avantages sociaux et économiques de la charte dans 11 pays (voir leurs logos ci-dessous) et les « business cases » réalisés par 10 grandes entreprises européennes.

Logos chartes diversite payes europeens

Femmes dans les C.A. : au Royaume-Uni aussi !

3 progrès notables outre-Manche : le seuil des 20% de femmes a été franchi, le nombre total de femmes administratrices est supérieur à 200 et il ne reste plus que 2 entreprises sans aucune femme dans leur conseil d’administration.

cover report 2014

Mars 2014

FTSE 100

FTSE 250

Nombre d’administratrices et pourcentage du total 231 – 20,7% 310 – 15,6%
Entreprises comprenant au moins 1 administratrice

98

202
Entreprises avec au moins 25% d’administratrices 36

51

Le Cranfield International Centre for Women Leaders de l’Université de Cranfield suit depuis plus de 10 ans la composition des conseils d’administration des entreprises du FTSE 100 (l’équivalent britannique de notre CAC 40) sous la direction du professeur Susan Vinnicombe.

Le rapport 2014, paru en mars dernier, avec le soutien de Barclays, précise que l’objectif de 25% devrait être atteint fin 2015. L’approche qualitative n’y est pas oubliée, avec des extraits d’entretiens auprès de professionnels, conduisant à des recommandations de bonnes pratiques comme de mieux manager les talents, se fixer des objectifs, mesurer, développer le leadership et les programmes de mentorat.

Femmes nommées…pour la 1ère fois

Ajout juin 2016

  • Odile Renaud-Basso, 1ère femme Directrice Générale du Trésor.
  • Une autre 1ère à mettre à l’honneur : Francine Leca fut la 1ère femme chirurgienne cardiaque en France.

 

Beaucoup de  nominations à vous signaler pour cette année 2013. Dans tous les pays et dans différents domaines : politique, financier, arts, économie, media, éducation, sports. Très souvent la 1ère dans son domaine, mais parfois 2ème ou plus…la voie de la banalisation est ouverte.

  • Alice Munro : 13ème femme prix Nobel de littérature – et 1ère canadienne.
  • Aminata Touré : 2ème femme 1er Ministre du Sénégal.
  • Catherine Virlouvet : 1ère femme Directrice de l’Ecole française de Rome.
  • Fiona Woolf : 2ème femme à diriger la City de Londres (686ème Lord Mayeur).
  • Irina Bokova : réélue Directrice Générale de l’UNESCO.
  • Janet Yellen : 1ère femme à diriger la Réserve Fédérale Américaine.
  • Malala Yousafzai : prix Sakharov du Parlement Européen – pas la 1ère femme mais sans doute la plus jeune lauréate ?
  • Margaret Buckingam : 3ème femme médaille d’or du CNRS.
  • Nathalie Nougaryrède : 1ère femme Directrice du journal Le Monde.
  • Sophie Lemaire : 1ère femme à diriger le Haras du Pin.
  • Zlijka Cvijanovic : 1ère femme 1er Ministre de la République serbe de Bosnie.

(par ordre alphabétique des prénoms)

A signaler un article de Wikipedia qui tente un inventaire français (à compléter et valider car selon la formule consacrée « Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012) » mais semble néanmoins déjà bien documenté).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_premières_femmes_par_métier_ou_fonction_en_France

(Source des informations : la presse et en particulier le journal la Croix et le magazine le Point. Merci de nous signaler d’éventuelles erreurs).

Entreprendre…en Afghanistan

The dressmaker of Khair Khana Gayle Tzemach Lemmon couv 2Conférence « entreprendre au féminin » (EAF) cette semaine à Planète PME, le rendez-vous annuel de la CGPME : les clubs EAF se développent partout.

Sur le même sujet voir http://www.epluskconseil.com/

Un livre à la fois optimiste et bouleversant « The dressmaker of Khair Khana » de Gayle Tzemach Lemmon raconte le parcours de création d’entreprise démarré en 1996, sous l’ère des talibans, par une jeune femme. Pour faire vivre sa famille, elle lance un atelier de couture malgré de nombreuses contraintes et la guerre civile.

Ce témoignage permet de mieux comprendre ce qu’ont vécu et que vivent les femmes en Afghanistan. Et il nous apprend aussi sur le fait d’entreprendre.

Bonne lecture !

Editions HarperCollins Publishers 2011. En anglais.

Bangladesh, de l’espoir pour les femmes ?

L’effondrement le 24 avril dernier de l’usine textile de l’immeuble Rana Plaza et ses centaines de morts a tristement remis ce pays sur le devant de l’actualité.

En l’espace de vingt ans, de nombreux progrès y ont pourtant été faits, en particulier pour les femmes et les enfants :

Un taux d’alphabétisation des femmes âgées de 154 à 24 ans passé de 38 à 77% entre 1991 et 2009.

Un taux de fécondité de 4,5 à 2,3 et un taux de mortalité infantile de 99 à 38 pour 1 000 naissances sur la même période.

Le Bangladesh progresse régulièrement dans le classement des pays du rapport annuel « Gender Gap Report » du Forum Economique Mondial.

2006 : 91ème  2007 : 100ème  2008 : 90ème  2009 : 93ème  2010 : 82ème  2011 : 69ème 2012 : 83ème

Le Premier Ministre actuel est une femme, Sheikh Hasina et une autre femme a également été 1ère Ministre, Khaleda Zia. C’est à ce jour 2 fois mieux qu’en France.

 

En savoir plus :

Rapport annuel « Gender Gap Report » du Forum Economique Mondial

Sur la scolarisation des filles : Courrier International N°1129 du 21 juin 2012

2 actions de l’ONU sur l’élimination et la prévention des violences contre les femmes et les filles

Dans l’ensemble des communications sur les femmes et leurs droits aux environs  du 8 mars, ces actions de l’ONU en date du 15 mars sont passées un peu inaperçues. Il s’agit de :

Une déclaration approuvée par les 193 membres de l’ONU :  des pays aussi divers que l’Iran, la Lybie ou le  Soudan ont accepté de dire qu’aucune coutume, tradition ou considération religieuse ne pouvait justifier la violence contre les femmes et les filles.

La dépêche du service d’information de l’ONU : https://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29992#.UWKhqL3XpCL

Un accord des 130 pays siégeant à la Commission de la condition de la femme sur des conclusions concertées  : 35 déclarations sur 16 pages dont chaque pays peut s’inspirer pour adopter les mesures nécessaires.

Leur présentation (en français) http://www.unwomen.org/fr/how-we-work/csw/ avec un lien pour les télécharger (en anglais).

Annie Ducellier