Fêter l’Europe, plus que jamais indispensable

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, est passé un peu inaperçu en pleine crise sanitaire. Ne manquons pas de fêter l’Europe, plus que jamais indispensable dans ce qui devient une crise sociale et économique ; en espérant que nous ne la laisserons pas devenir une crise politique. Ces 3 femmes, Christine Lagarde, Angela Merkel et Ursula Van der Leyen vont jouer un rôle important pour la résoudre et leurs compétences nous sont précieuses.

Mêlant 8 mars et 9 mai, clin d’œil pour observer la mise en valeur récente de plusieurs autres femmes politiques : Jacinda Ardern 1ère Ministre Néo-zélandaise, Sophie Wilmès 1ère Ministre Belge, Sanna Marin 1ère Ministre Finlandaise. Et à l’inverse, plein de pays emportés à la dérive par leurs dirigeants masculins : Venezuela, Brésil, Turquie, Russie, Chine, Etats-Unis, Hongrie, Pologne, ….

Les hommes n’ont pas le monopole de la tentation dictatoriale mais il me semble que dans la période récente les quelques femmes ayant abusé du pouvoir, par exemple en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie, étaient souvent des femmes ou des filles de…. : à confirmer par les historiens.

Olivier Matthys/AP/Sipa Les Echos 20 avril 2020

Mars, mois pour les femmes ?

La grandissante légitimité du sujet pourrait se mesurer à la multiplication des événements organisés à l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes (*) et (**). Une journée n’y suffit plus. Associations, entreprises, syndicats, partis politiques, clubs et réseaux divers, chacun aborde le sujet sous un angle différent.

Et justement, une publication de l’INSEE nous apprend que la vie associative s’est elle aussi plus féminisée, avec presqu’autant de femmes que d’hommes engagés dans des associations. Voici l’évolution sur 30 ans :

  • 2013 : 44% des hommes et 40% des femmes sont membres d’au moins une association.
  • 1983 : 53% des hommes pour 34% des femmes

Mais les domaines de prédilection restent différenciés :

  • Syndicats et sport pour les hommes, plus présents aussi dans la défense des droits
  • Culture, action sociale pour les femmes, plus présentes dans des activités dites de convivialité

vie associative et femmes

Concernant 42% des français de plus de 16 ans, l’activité associative est le reflet des attributions que l’on trouve ailleurs dans la société :

  • Dans les entreprises : voir notre article du 15 janvier « après le plafond de verre, les parois »
  • Dans le pouvoir politique où malgré les différentes lois sur la parité, les postes exécutifs restent déséquilibrés.

Il reste donc encore à accomplir un double mouvement – vertical et horizontal – pour que les femmes accèdent à plus de pouvoir dans tous les domaines, à hauteur de leur présence dans la population.

 

Voir INSEE Première N°1580 de janvier 2016

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1580#inter2

Graphique extrait de l’article dans les Echos du 12 janvier 2016 www.lesechos.fr/

(*) comme on dit la fête des pères et la fête des mères et non pas la fête du père ou la fête de la mère…

(**) amusant que ce soit le mois de MARS pour ceux qui l’associent plutôt aux hommes…

 

Mois de mars, mois des femmes ?

Les femmes seront doublement à l’honneur en mars : le 8 pour leur journée internationale, les 22 et 29 pour des élections départementales qualifiées de « paritaires ».

Le 8 étant un dimanche, c’est presque tous les jours du mois qu’auront lieu les différents événements, débats, colloques, forums, rencontres etc…

Avec des thèmes variés : femmes dans la ville, réseaux de femmes, femmes et pouvoir, femmes au parcours d’exception, toutes pro, toutes connectées, semaine de la mixité, parentalité, freins à la carrière professionnelle, discrimination femme/homme dans le droit du travail et le droit pénal, toutes les femmes chantent contre le cancer, sexisme au travail, le sexe de la ville, l’orientation professionnelle des filles et des garçons,…le choix est vaste et quasi illimité.

mixité

Et puis les 22 et 29 mars, les élections départementales, qui remplacent les cantonales, verront apparaître une nouvelle notion juridique, celle de « binôme de candidats » avec un « scrutin binominal mixte majoritaire à deux tours ». Les femmes devraient ainsi passer de 16,3% à 50% des élus au niveau des départements. De quoi relancer les débats sur les avantages et les inconvénients des quotas et des lois sur la parité.

Conseils pratiques pour célébrer le 8 mars – suite

Choisir une date et un créneau horaire.

Le 8 mars 2014 étant un samedi, choisir une date proche, la semaine du lundi 10 au vendredi 14 ou du lundi 3 au vendredi 7 (Attention vacances scolaires en zone A entre le 3 et le 14 mars, en zone B entre le 24 février et le 7 mars)

Soit vous prenez un temps spécifique lors d’une réunion déjà prévue.

Soit vous optez pour l’un de ses créneaux presque « hors travail »

  • Autour du café du matin : de 8h30 à 10h
  • Autour de l’heure du déjeuner : entre  11h30 et 14h30
  • En fin d’après-midi : à partir de 16h30 jusque vers 18h30

Choisir un lieu et le réserver : salle de réunion, cafétéria, autre…

Vous faire aider : appuyez-vous sur d’autres femmes de votre entourage

En fonction de l’horaire choisi, prévoir la logistique : boissons froides ou chaudes, biscuits salés ou sucrés ou corbeille de fruits. Et trouver le budget correspondant : avec ou sans participation financière des invités ?

Quand tout est décidé, rédiger le texte de l’invitation et le diffuser selon le moyen approprié à votre cible et à votre entité : souvent la parole en direct est tout aussi efficace que l’email noyé dans les autres.

Alternative : Vous pouvez aussi identifier les événements prévus dans votre ville ou région à l’occasion du 8 mars et voir si et comment vous pouvez vous y associer.

Et l’objectif alors ? Pourquoi célébrer le 8 mars ? Si vous avez lu jusqu’au bout cet article, vous avez sans doute déjà la réponse….

 

Comment célébrer le 8 mars 2014 dans votre entreprise ?

Quelques conseils pour vous aider à marquer cette journée internationale des droits des femmes.

Choisir un thème, éventuellement sous forme d’une question.

  • allongement de la vie professionnelle, implication des hommes dans l’égalité, parentalité et filialité, gestion de carrière, mentorat et parrainage,….

Identifier les interlocuteurs visés et évaluer leur nombre : hommes et femmes ensemble ? pour tout le monde ou  seulement certains publics comme les managers ou les RH  ?

Choisir le format de votre événement.

  • Débat collectif après visionnage d’un film ou après un exposé que vous aurez préparé
  • Echanges par petits groupes sur une même question ou sur des questions différentes
  • Echanges en face à face, façon « speed dating », avec rotation des interlocuteurs
  • Conférence d’un intervenant extérieur – prévoir dans ce cas un budget pour le rémunérer (l’expertise a de la valeur)

Dans tous les cas, il vous faudra une brève introduction et une brève conclusion.

Identifier et utiliser les ressources documentaires disponibles dans votre entreprise – Intranet Diversité, accord égalité signé, chartes (diversité, parentalité) signées – ou ailleurs.

Et l’objectif alors ? Pourquoi célébrer le 8 mars ?

Si vous avez lu jusqu’au bout cet article, vous avez sans doute déjà la réponse….Qu’en pensez-vous ?

A suivre…D’autres conseils sur ce blog dans quelques jours.