Un festival de femmes à l’honneur…

Ajoutons Pinelopi Koujianou Goldberg nommée au poste d’économiste en chef de la Banque Mondiale au 1er  novembre 2018.

Credit: Michael Marsland, Yale University

En quelques jours, 5 femmes nommées ou récompensées. Ne boudons pas notre plaisir.

  • Gita Gopinath 1ère femme cheffe économiste au FMI. Les départements de recherche du FMI, de la Banque mondiale et de l’OCDE sont désormais pilotés par des femmes. Une banalisation bienvenue.
  • Frances H. Arnold Prix Nobel de chimie
  • Donna Strickland Prix Nobel de physique

3 modèles de femmes pour inciter les filles à faire des études scientifiques.

  • Nadia Murad Prix Nobel de la paix
  • Barbara Cassin, philosophe et philologue, 5ème femme médaille d’or du CNRS pour ses recherches menées autour du pouvoir des mots et du langage. Elle est aussi membre de l’Académie Française, où il y a actuellement 5 femmes sur 36.

Des nouvelles encourageantes sur l’égalité

…parce que nous sommes sous le coup de fortes émotions et interrogations depuis quelques jours, je partage aujourd’hui quelques nouvelles encourageantes issues de publications récentes.

Le rapport annuel sur l’égalité du Forum Economique Mondial (World Economic Forum Gender Gap Index Report) vient de paraître. Occasion de faire un bilan, 10 ans après la 1ère édition :

  • plus de femmes dans la population active mais progression insuffisante de leurs salaires
  • les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les universités dans 97 pays mais elles n’obtiennent pas (encore) leur pleine place dans les responsabilités économiques et politiques (voir graphique)
  • La moitié des Etats ont déjà eu une femme à leur tête.

http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2015/

 graphe progres parite WEF

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) a publié un guide pour éviter les stéréotypes dans la communication.

10 recommandations pratiques de bon sens, comme de ne pas réserver aux femmes les questions sur la vie personnelle ou plus diversifier et mieux équilibrer les représentations des unes et des autres.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/actualites-3/article/lancement-du-guide-pratique-pour

Enfin, dans le récent rapport de la Banque mondiale sur la transition démographique en Afrique subsaharienne, cette information encourageante :

En Ethiopie, le taux de fécondité est passé de 7 enfants par femme en 1960 à 5 aujourd’hui ; mais parmi elles, celles qui ne sont jamais allées à l’école ont un taux de 6, alors que celles qui ont bénéficié de huit ans de scolarité sont à 2,5 et même 1,5 pour une scolarité complète de 12 ans : vive l’éducation !

Source : billet de Favilla « le chiffre qui tue ou qui éclaire » – Les Echos – 6 novembre 2015