Apps, crowdfunding, acteurs numériques… la révolution tranquille du Salon des Entrepreneurs.

Nouvellement élue à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Val de Marne, je suis retournée au Salon des Entrepreneurs pour me retremper dans l’ambiance du créateur d’entreprise et du porteur de projet, 15 ans après mes premières visites. La numérisation frappe le visiteur par sa présence massive : un village entier lui est consacré le « Small Business Tech »

  • Les conférences, ateliers et autres « keynotes » se succèdent et ne désemplissent pas, animés par des acteurs devenus incontournables : Google (déjà présent il y a 10 ans avec des ateliers AdWords) mais aussi Facebook, Le Bon Coin, Salesforce, et plein d’autres prêts à favoriser votre croissance …en tout 59 orateurs (dont 11 femmes soit 18%, leur présence habituelle dans la « high-tech »).
  • Les sites Internet sont à peine mentionnés (tout en restant incontournables pour exister) ce sont les Apps qui sont maintenant à l’honneur : tout créateur d’entreprise se doit d’inclure cet outil dans sa panoplie de vente.

Deuxième changement notable, la montée des financements alternatifs dont le « crowdfunding », en plein boom.

Ce qui n’a pas changé

  • La foule: nombreuse, très nombreuse, diverse par l’âge et le sexe, et sans doute les situations et préoccupations. Le salon est un peu victime de son succès car l’accès aux stands et conférences est parfois difficile.
  • Des acteurs incontournables: financeurs, réseaux d’accompagnement, collectivités vantant les mérites de leur territoire et leurs incubateurs, pépinières, couveuses et autres « valleys » (dont Bourges ma ville natale), experts-comptables et avocats, assurance et prévoyance sont toujours au rendez-vous.
  • Les media sont là aussi, reconnaissables à leur ruban de badge jaune (quand les visiteurs en ont un orangé) : il est vrai que de nombreux candidats à la présidentielle étaient prévus, c’est peut-être plus la politique qui les attire que l’économie ?

sde-2017