C’est quoi réussir un événement ? Combien de « bataillons » pour l’égalité ?

Jouer de la musique n’est pas qu’une question de notes et de rythme disait notre chef de chœur. L’amateur se croit au bout de ses peines quand il a réussi à chanter (ou jouer) sans fausse note et en rythme : il en oublie que la musique c’est aussi l’interprétation – les nuances, le timbre, les variations de rythme….

Pour l’organisateur d’événement, le succès se résume souvent au nombre de personnes dans la salle et au « bon déroulement » – dans le sens où les intervenants réalisent leur prestation de manière conforme. Les vraies questions à se poser sont autrement plus difficiles : quelles sont les cibles de cet événement ? Comment les faire venir ? Quelles sont leurs attentes ? Comment y répondre ? Et pour moi organisateur, quel est mon réel objectif ? A quoi me sert cet événement ?

En effet, sur chaque thème – dont celui de l’égalité ou de la diversité – de nombreux événements sont organisés par de nombreux acteurs : n’est-ce pas trop ?

Quand on voit les efforts déployés et les résultats obtenus, la question est légitime.

  • Multiplication des messages d’invitation et de relance, jusqu’à la veille ou au jour de l’événement
  • Salles clairsemées, badges préparés et restant dans leurs casiers…
  • Taux d’absence s’élevant couramment à 30% des inscrits, encore plus quand il n’y a pas de participation financière.
  • Salle remplie en grande partie par les différents intervenants aux tables rondes qui se succèdent – et ne sont jamais rondes !

Stop !

Mais alors que faire ? Quand chaque projet financé par l’Europe doit presque toujours comprendre un volet de communication. Quand le faire-savoir compte pour diffuser le savoir-faire….

Quelques proposition en vrac

 Unir nos forces 

De plus en plus d’événements sont co-organisés et c’est une bonne chose. On peut sans doute aller plus loin par une coordination plus en amont : quels thèmes en 2017 ? Quels chefs de file ? Cela est plus particulièrement vrai en région Ile de France – où le national et le local se confondent, où la dimension régionale est moins perceptible. Cela devient un défi dans les nouvelles régions plus grandes, où les réseaux d’acteurs seront plus dispersés et plus nombreux. Se rencontrer et partager les projets d’événements éviteraient des « embouteillages » autour des dates fatidiques, toujours les mêmes : on évite l’été, le mois de mai, les périodes de vacances scolaires, les lundis et vendredis…. ; on s’appuie sur les journées et les semaines de célébration – qui elles-mêmes se multiplient : 8 mars pour les femmes, semaine de l’emploi des personnes handicapées, …

Elargir le public touché

D’un colloque à l’autre, on rencontre souvent les mêmes personnes : managers de la diversité, membres de réseaux et associations, militants dans le bon sens du terme de l’égalité ou de la diversité, universitaires spécialistes, consultants en recherche de clients,…

On est frappé du nombre de fois où le public visé n’est pas présent : ceux qui sont dans la salle sont déjà convaincus. Comment atteindre les autres ?

Utiliser d’autres moyens que la réunion physique

Je défends dans un article précédent l’importance des rencontres réelles. Ce n’est pas contradictoire avec la sensation que le colloque avec unité de lieu et de temps est parfois dépassé. Certes, la retransmission existe, des « Apps » permettent le direct, des actes sont ensuite publiés, les « Webinar » et autres « chats » se développent. L’imagination devient plus que jamais nécessaire pour (re)dynamiser l’animation de sujets si importants pour l’avenir.

Unir nos forces

Unir nos forces

Quelques exemples non exhaustifs d’événements tenus en 2016 en Ile de France (nationaux ou régionaux).

  • CSEP colloque sur le sexisme au travail le 11 février
  • OCDE table ronde sur les femmes dans le numérique le 7 mars
  • ANDRH et Région IDF petit déjeuner sur l’égalité professionnelle le 8 mars
  • FACE et Direccte conférence sur un projet de mixité des métiers le 10 mars
  • Réunion du réseau Accent sur Elles le 10 mars
  • Colloque du Projet Network Discrim le 4 avril
  • Colloque AFMD sur la Diversité dans les Achats le 16 juin
  • Soirée Trajectoires HEC au Féminin le 25 octobre
  • Colloque annuel de l’association Femmes & Sciences le 5 novembre
  • 100 ans d’HEChf le 17 novembre
  • AFMD Trophées de la Diversité le 6 décembre
  • Journée référents racisme et antisémitisme du MENESR le 7 décembre
  • Séminaire Plan d’actions concertées Ile de France coordonné par l’ARACT le 13 décembre

 

Halte à la dictature du mardi et du jeudi !

 

Plaignons les organisateurs d’événements : le fonctionnement de notre société a considérablement réduit le nombre de jours « utiles ». Trouver une date pour les colloques, formations, réunions professionnelles ou de réseautage en soirée, petits déjeuners à thèmes etc…reste un casse-tête. Au lieu de 200 à 220 jours travaillés, le calendrier se réduit :

On préfère les mardis et jeudis pour éviter les mercredis non travaillés, les lundis des réunions de service et les vendredis veille de week-ends.

On élimine le mois d’août, la moitié du mois de juillet, les périodes de « pont » des jours fériés de mai et la trêve des confiseurs fin décembre et début janvier.

On évite les périodes de vacances scolaires de sa zone, ou pire, des 3 zones.

Au final, il reste environ 70 jours possibles dans l’année.

Pas étonnant qu’on reçoive 2, 3, 4 invitations à des événements pour le même jour.

Les solutions ?

  • Utiliser les nouvelles technologies pour permettre des participations à distance le jour de l’événement et des rediffusions sur le net ensuite.
  • Accepter qu’une partie de son public cible sera indisponible de toute façon.
  • Varier les dates et les horaires.
  • Se regrouper pour organiser des événements à plusieurs sur des thèmes proches.
  • Innover dans le format des événements.

Vos idées sont les bienvenues….

Multiethnic Group of People Holding Letter Network

 

En mai, réfléchis et réseaute ! (ter)

Egalité, diversité et réseaux de femmes sont devenus des sujets légitimes et répandus : en témoignent ces 10 événements organisés entre le 14 et le 23 mai.

Globe - Nuage de Tags IDEES (idées solutions imagination équipLe 14, l’AFMD propose une conférence intitulée Constructing « race » and « ethnicity » : category making in public policy and administration – the case of USA and Nederland avec la chaire Management et Diversité de la Fondation Paris Dauphine.

Le 14 toujours, le MAGE (Marché du Travail et Genre), réseau de recherches international et pluridisciplinaire, organise un débat sur « féminisme et syndicalisme, et pourtant ça rime »

Le 15, JUMP a choisi comme thème de son forum parisien « Le féminin transforme l’économie. Comment équilibrer (sans opposer) le féminin et le masculin pour créer des entreprises conscientes? », thème identique à celui du forum JUMP du 1er avril à Bruxelles.

Le 15 à nouveau, l’Executive MBA de Telecom ecole de Management propose un débat sur la parité hommes / femmes comme source d’innovation.

Le 19, c’est le Printemps du Networking organisé par l’agence Connecting women au MEDEF avec la participation de plusieurs réseaux de femmes d’entreprises.

Le 20, la revue Travail, Genre et Société du MAGE fête ses 15 ans.

Le 22 Sciences Po vous propose une conférence de Francesca Corrao sur «The Role of Women Empowerment in the Recent Arab Revolutions ».

Le 23, Entreprise & Personnel se penche à nouveau sur la question du lien entre diversité, égalité professionnelle et performance lors d’une journée d’études réunissant experts et praticiens de grandes entreprises.

Le 23 également, la Charte de la Diversité organise une conférence sur Clients et précarités en France avec des témoignages et solutions présentés par des entreprises et associations.

Toujours le 23, la Région Ile de France propose une table ronde sur la communication et la publicité sans stéréotypes sexistes.

 

Conseils pratiques pour célébrer le 8 mars – suite

Choisir une date et un créneau horaire.

Le 8 mars 2014 étant un samedi, choisir une date proche, la semaine du lundi 10 au vendredi 14 ou du lundi 3 au vendredi 7 (Attention vacances scolaires en zone A entre le 3 et le 14 mars, en zone B entre le 24 février et le 7 mars)

Soit vous prenez un temps spécifique lors d’une réunion déjà prévue.

Soit vous optez pour l’un de ses créneaux presque « hors travail »

  • Autour du café du matin : de 8h30 à 10h
  • Autour de l’heure du déjeuner : entre  11h30 et 14h30
  • En fin d’après-midi : à partir de 16h30 jusque vers 18h30

Choisir un lieu et le réserver : salle de réunion, cafétéria, autre…

Vous faire aider : appuyez-vous sur d’autres femmes de votre entourage

En fonction de l’horaire choisi, prévoir la logistique : boissons froides ou chaudes, biscuits salés ou sucrés ou corbeille de fruits. Et trouver le budget correspondant : avec ou sans participation financière des invités ?

Quand tout est décidé, rédiger le texte de l’invitation et le diffuser selon le moyen approprié à votre cible et à votre entité : souvent la parole en direct est tout aussi efficace que l’email noyé dans les autres.

Alternative : Vous pouvez aussi identifier les événements prévus dans votre ville ou région à l’occasion du 8 mars et voir si et comment vous pouvez vous y associer.

Et l’objectif alors ? Pourquoi célébrer le 8 mars ? Si vous avez lu jusqu’au bout cet article, vous avez sans doute déjà la réponse….