L’Europe, les Etats-Unis, la Chine…comprendre pour agir, et vite !

Les chiffres sont impressionnants : le total des échanges entre les 3 représente plus de 40% du commerce mondial.

Cette infographie parue dans le journal la Croix l’an dernier nous rappelle bien les enjeux du commerce mondial entre ces 3…….. mais que faut-il dire ? Il s’agit en effet de :

  • un Etat à régime (à nouveau de plus en plus) autoritaire,
  • un Etat fédéral qui reste une démocratie, malgré tout ce que l’on dit de son président élu,
  • un « regroupement » d’Etats qui tirent à hue et à dia et cherchent toujours leur projet commun, entre tentations populistes, terre d’attraction de l’immigration (politique et économique) et technocratie bureaucratique.

Pourtant une Europe démocratique, forte, unie, humaniste, responsable, n’est-ce pas ce dont nous avons urgemment besoin ?

Trois tribunes des Echos cette semaine nous le rappellent.

Le monde sans l’Amérique – Jean-Marc Vittori – 22 mai 2018

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301694329461-le-monde-sans-lamerique-2177568.php

Donald Trump, l’électro-choc dont l’Europe avait besoin – Gabriel Grésillon – 18 mai 2018

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301688901893-donald-trump-lelectrochoc-dont-leurope-avait-besoin-2177138.php

Face à Trump, le statu quo européen n’est plus une option – Christian de Boissieu – 23 mai 2018

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0301705019392-face-a-trump-le-statu-quo-europeen-nest-plus-une-option-2177913.php

Mars, mois pour les femmes ?

La grandissante légitimité du sujet pourrait se mesurer à la multiplication des événements organisés à l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes (*) et (**). Une journée n’y suffit plus. Associations, entreprises, syndicats, partis politiques, clubs et réseaux divers, chacun aborde le sujet sous un angle différent.

Et justement, une publication de l’INSEE nous apprend que la vie associative s’est elle aussi plus féminisée, avec presqu’autant de femmes que d’hommes engagés dans des associations. Voici l’évolution sur 30 ans :

  • 2013 : 44% des hommes et 40% des femmes sont membres d’au moins une association.
  • 1983 : 53% des hommes pour 34% des femmes

Mais les domaines de prédilection restent différenciés :

  • Syndicats et sport pour les hommes, plus présents aussi dans la défense des droits
  • Culture, action sociale pour les femmes, plus présentes dans des activités dites de convivialité

vie associative et femmes

Concernant 42% des français de plus de 16 ans, l’activité associative est le reflet des attributions que l’on trouve ailleurs dans la société :

  • Dans les entreprises : voir notre article du 15 janvier « après le plafond de verre, les parois »
  • Dans le pouvoir politique où malgré les différentes lois sur la parité, les postes exécutifs restent déséquilibrés.

Il reste donc encore à accomplir un double mouvement – vertical et horizontal – pour que les femmes accèdent à plus de pouvoir dans tous les domaines, à hauteur de leur présence dans la population.

 

Voir INSEE Première N°1580 de janvier 2016

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1580#inter2

Graphique extrait de l’article dans les Echos du 12 janvier 2016 www.lesechos.fr/

(*) comme on dit la fête des pères et la fête des mères et non pas la fête du père ou la fête de la mère…

(**) amusant que ce soit le mois de MARS pour ceux qui l’associent plutôt aux hommes…

 

Les cœurs ont leur place en France…

… pas seulement pour la Saint-Valentin. C’est en effet l’icône la plus utilisée dans nos SMS, le visage souriant « face with tears of joy » étant le plus répandu chez nos voisins selon des chiffres publiés dans Les Echos week-end du 15 janvier 2016 www.lesechos.fr

 

Le « french lover » a encore de beaux jours devant lui !

 icones plus utilisees Les Echos 15 janvier 2016

L’ « émoji » souriant a fait ainsi son entrée comme un des mots de l’année choisis par l’Oxford Dictionary : http://blog.oxforddictionaries.com/2016/01/words-that-defined-2015-part-two/ aux côtés d’autres mots plus sérieux comme austérité, réfugié ou, en janvier, satire en référence à Charlie Hebdo.

 

12% de femmes dans les nominations….

… un taux encore faible pour finir l’année : 17 femmes parmi les 135 nominations à retenir en 2015 publiées dans Les Echos les 30 et 31 décembre www.lesechos.fr , en partenariat avec www.nomination.fr

Parmi elles, des « première » comme Stéphanie Barreau, 1ère femme à présider 3M France ou Delphine Ernotte, 1ère à présider France Télévisions pour les entreprises mais aussi dans la Justice avec Catherine Champrenault 1ère Procureure Générale au Parquet de Paris ou la Culture avec Muriel Mayette 1ère femme à diriger la Villa Médicis, Académie de France à Rome.

 Discrimination femme

Encore un peu plus de mixité et de parité : un vœu facile à exprimer pour 2016, à défaut d’être facile à réaliser, mais n’est-ce pas le propre des vœux ?

 

 

Des nouvelles encourageantes sur l’égalité

…parce que nous sommes sous le coup de fortes émotions et interrogations depuis quelques jours, je partage aujourd’hui quelques nouvelles encourageantes issues de publications récentes.

Le rapport annuel sur l’égalité du Forum Economique Mondial (World Economic Forum Gender Gap Index Report) vient de paraître. Occasion de faire un bilan, 10 ans après la 1ère édition :

  • plus de femmes dans la population active mais progression insuffisante de leurs salaires
  • les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les universités dans 97 pays mais elles n’obtiennent pas (encore) leur pleine place dans les responsabilités économiques et politiques (voir graphique)
  • La moitié des Etats ont déjà eu une femme à leur tête.

http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2015/

 graphe progres parite WEF

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) a publié un guide pour éviter les stéréotypes dans la communication.

10 recommandations pratiques de bon sens, comme de ne pas réserver aux femmes les questions sur la vie personnelle ou plus diversifier et mieux équilibrer les représentations des unes et des autres.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/actualites-3/article/lancement-du-guide-pratique-pour

Enfin, dans le récent rapport de la Banque mondiale sur la transition démographique en Afrique subsaharienne, cette information encourageante :

En Ethiopie, le taux de fécondité est passé de 7 enfants par femme en 1960 à 5 aujourd’hui ; mais parmi elles, celles qui ne sont jamais allées à l’école ont un taux de 6, alors que celles qui ont bénéficié de huit ans de scolarité sont à 2,5 et même 1,5 pour une scolarité complète de 12 ans : vive l’éducation !

Source : billet de Favilla « le chiffre qui tue ou qui éclaire » – Les Echos – 6 novembre 2015