Mes succès (« tops ») et mes échecs (« flops ») 2019

Je publie régulièrement sur LinkedIn des « posts » sur des sujets qui ont attiré mon attention : plus d’une centaine en 2019, souvent inspirés de ma lecture quotidienne de La Croix et des Echos.

Leur audience est assez déconcertante.

Certains sujets que je trouve fondamentaux – comme la liberté d’expression à l’université, les faux médicaments en Afrique, le danger du mauvais fonctionnement de l’OMC, la recrudescence de la mortalité par la rougeole, font un flop, avec parfois à peine quelques dizaines de lecteurs. Mon minimum de l’année est 32.

D’autres que je jugeais plus mineurs, comme de repenser le temps de travail pour les seniors, sans doute plus en accord avec les préoccupations de mon réseau, se diffusent au fil du temps. C’est celui qui a fait mon record avec 2 034 vues.

Heureusement, certains trouvent leur public, et quand 200 à 500 personnes les ont lus, je me dis que c’est plus que mon cercle régulier de famille, d’amis et connaissances (ma moyenne est de 250).

Ainsi, vous avez aimé comme moi : compter les femmes pour que les femmes comptent, les bonnes pratiques des hôpitaux, les Comptoirs de campagne, l’effet pervers des subventions à l’environnement ou la journée du bénévolat.

Ainsi se clôt la 1ère  année de ma vie de retraitée (*)

Avec cette vue de la chaîne des Aravis émergeant du brouillard, je vous souhaite une Bonne Année 2020.

Les Aravis

(*) Ah, que je n’aime décidément pas ce mot ; rien à voir avec l’actualité…mais comme indiqué dans le post-scriptum de mon profil LinkedIn, si je le suis administrativement de la vie professionnelle, je ne le suis sûrement pas de la vie tout court !

P.S. je ne paie plus les 30 € annuels pour la suppression de la publicité sur ce blog. Désolée si cela vous gêne, mais WordPress me parait légitime à financer l’espace que j’occupe ainsi gratuitement.

 

Mon réseau, notre réseau, vos réseaux ?

Indispensable jusqu’à….saturation ? On parle en effet plus que jamais de réseau sur la toile en ce moment.

  • Le réseau, composé de personnes, que chacun de vous entretient plus ou moins bien.
  • Les réseaux de femmes en entreprise ou en associations.
  • Les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo…) ou plus généraux (Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, Pinterest….) ou plus spécialisés, par exemple dans les rencontres (un vaste choix à votre disposition…).

Pour s’y retrouver quelques enquêtes ou études récentes :

Sur l’usage de leur réseau par les cadres, l’étude HEC au Féminin, menée avec Ipsos et le BCG (Boston Consulting Group)

http://www.hecalumni.fr/fr/magazine/la-une/la-une/laurence-rigolini-e10-laureate-trajectoires-hec-au-feminin-2015

Sur les réseaux de femmes et leurs relations avec les DRH, l’étude d’Isotélie www.isotelie.com/

Sur le recrutement, l’enquête de Regions Jobs

http://groupe.regionsjob.com/societe/actualites/FilInfo/27536/Grande-enquete-2015-sur-les-methodes-de-recrutement.aspx

Des ateliers et des formations (pour les franciliens)

http://www.entreprises.cci-paris-idf.fr/web/ebusiness

Des livres et des articles… : là encore un vaste choix disponible.

 

Et si cet article vous parvient, c’est par votre réseau, non ?

social work business