Mars, mois pour les femmes ?

La grandissante légitimité du sujet pourrait se mesurer à la multiplication des événements organisés à l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes (*) et (**). Une journée n’y suffit plus. Associations, entreprises, syndicats, partis politiques, clubs et réseaux divers, chacun aborde le sujet sous un angle différent.

Et justement, une publication de l’INSEE nous apprend que la vie associative s’est elle aussi plus féminisée, avec presqu’autant de femmes que d’hommes engagés dans des associations. Voici l’évolution sur 30 ans :

  • 2013 : 44% des hommes et 40% des femmes sont membres d’au moins une association.
  • 1983 : 53% des hommes pour 34% des femmes

Mais les domaines de prédilection restent différenciés :

  • Syndicats et sport pour les hommes, plus présents aussi dans la défense des droits
  • Culture, action sociale pour les femmes, plus présentes dans des activités dites de convivialité

vie associative et femmes

Concernant 42% des français de plus de 16 ans, l’activité associative est le reflet des attributions que l’on trouve ailleurs dans la société :

  • Dans les entreprises : voir notre article du 15 janvier « après le plafond de verre, les parois »
  • Dans le pouvoir politique où malgré les différentes lois sur la parité, les postes exécutifs restent déséquilibrés.

Il reste donc encore à accomplir un double mouvement – vertical et horizontal – pour que les femmes accèdent à plus de pouvoir dans tous les domaines, à hauteur de leur présence dans la population.

 

Voir INSEE Première N°1580 de janvier 2016

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1580#inter2

Graphique extrait de l’article dans les Echos du 12 janvier 2016 www.lesechos.fr/

(*) comme on dit la fête des pères et la fête des mères et non pas la fête du père ou la fête de la mère…

(**) amusant que ce soit le mois de MARS pour ceux qui l’associent plutôt aux hommes…

 

Mois de mars, mois des femmes ?

Les femmes seront doublement à l’honneur en mars : le 8 pour leur journée internationale, les 22 et 29 pour des élections départementales qualifiées de « paritaires ».

Le 8 étant un dimanche, c’est presque tous les jours du mois qu’auront lieu les différents événements, débats, colloques, forums, rencontres etc…

Avec des thèmes variés : femmes dans la ville, réseaux de femmes, femmes et pouvoir, femmes au parcours d’exception, toutes pro, toutes connectées, semaine de la mixité, parentalité, freins à la carrière professionnelle, discrimination femme/homme dans le droit du travail et le droit pénal, toutes les femmes chantent contre le cancer, sexisme au travail, le sexe de la ville, l’orientation professionnelle des filles et des garçons,…le choix est vaste et quasi illimité.

mixité

Et puis les 22 et 29 mars, les élections départementales, qui remplacent les cantonales, verront apparaître une nouvelle notion juridique, celle de « binôme de candidats » avec un « scrutin binominal mixte majoritaire à deux tours ». Les femmes devraient ainsi passer de 16,3% à 50% des élus au niveau des départements. De quoi relancer les débats sur les avantages et les inconvénients des quotas et des lois sur la parité.