Le sautillage (zapping) ou la pleine conscience par la méditation ?

Deux nouvelles lues ce matin se télescopent : me voilà incitée à rédiger ultra-court pour capter votre attention toujours fluctuante car sautillant d’une brève à l’autre ; et à pratiquer la méditation pour atteindre un état de pleine conscience qui serait bénéfique.

Contrcompetencepfadiction entre ces deux injonctions ? Ou complémentarité ?

Est-ce parce que nous sautillons de plus en plus et de plus en plus vite que nous avons besoin  de nous poser et de faire une pause pour méditer ?

Et vous, au bout de combien de lignes ne lisez-vous plus un article ? Vous limitez-vous à la       page  affichée par votre téléphone ou votre tablette ? Peut-on tout dire en 140 caractères ?

Je me  crois parfois revenue à la préhistoire de l’informatique, en 1977, quand je programmais les messages sur les premiers terminaux bancaires pour un écran de 4 lignes de 40 caractères (monochrome bien sûr).

Les NTIC nous posent de nouveaux défis : rester capable d’absorber de grandes quantités d’information et de réfléchir, être en mesure de dire non à la vitesse imposée par l’outil et non par la réalité.