Des nouvelles encourageantes sur l’égalité

…parce que nous sommes sous le coup de fortes émotions et interrogations depuis quelques jours, je partage aujourd’hui quelques nouvelles encourageantes issues de publications récentes.

Le rapport annuel sur l’égalité du Forum Economique Mondial (World Economic Forum Gender Gap Index Report) vient de paraître. Occasion de faire un bilan, 10 ans après la 1ère édition :

  • plus de femmes dans la population active mais progression insuffisante de leurs salaires
  • les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les universités dans 97 pays mais elles n’obtiennent pas (encore) leur pleine place dans les responsabilités économiques et politiques (voir graphique)
  • La moitié des Etats ont déjà eu une femme à leur tête.

http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2015/

 graphe progres parite WEF

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) a publié un guide pour éviter les stéréotypes dans la communication.

10 recommandations pratiques de bon sens, comme de ne pas réserver aux femmes les questions sur la vie personnelle ou plus diversifier et mieux équilibrer les représentations des unes et des autres.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/actualites-3/article/lancement-du-guide-pratique-pour

Enfin, dans le récent rapport de la Banque mondiale sur la transition démographique en Afrique subsaharienne, cette information encourageante :

En Ethiopie, le taux de fécondité est passé de 7 enfants par femme en 1960 à 5 aujourd’hui ; mais parmi elles, celles qui ne sont jamais allées à l’école ont un taux de 6, alors que celles qui ont bénéficié de huit ans de scolarité sont à 2,5 et même 1,5 pour une scolarité complète de 12 ans : vive l’éducation !

Source : billet de Favilla « le chiffre qui tue ou qui éclaire » – Les Echos – 6 novembre 2015

 

Pour (enfin) comprendre les stéréotypes afin de mieux les « apprivoiser »

Patrick Scharnitzky a le don de faire passer des notions complexes à un public peu averti.

Son dernier ouvrage, « les stéréotypes en entreprise, les comprendre pour mieux les apprivoiser », ne déroge pas à la règle.

Agrémenté d’histoires réelles et nourri des recherches scientifiques dans son domaine, le propos est accessible et se lit aisément, sans simplifier à outrance des notions qui restent complexes par exemple :

  • comment fonctionne une prophétie auto réalisatrice ;
  • quelle est l’« utilité » du stéréotype au-delà de sa nocivité souvent soulignée ;
  • hétéro, auto et méta stéréotype, une distinction nécessaire pour comprendre le phénomène.

Trois chapitres viennent proposer des solutions pour agir sur l’organisation, le management et les personnes.

On regrettera seulement que le recrutement soit le processus RH le plus abordé au détriment d’autres.

Livre Patrick Schrnitzky

Titre : Les Stéréotypes en entreprise. Les comprendre pour mieux les apprivoiser.

Auteur : Patrick Scharnitzky

Editeur : Eyrolles

Parution : avril 2015

 

Les stéréotypes et Patrick Scharnitzky à l’honneur

Les stéréotypes sur l’origine, dernier volet des travaux de Patrick Scharnitzky avec l’IMS, après les femmes et les hommes et le handicap : présentation publique le 4 mars 2014 et documents sur le site d’IMS.

Cette actualité est une bonne occasion d’évoquer son livre « Les pièges de la discrimination, tous acteurs, P Scharnitzky couv livre 2tous victimes » paru en 2006 aux éditions de l’Archipel.

Patrick Scharnitzky a su rendre accessible à tous des concepts difficiles : stéréotypes, préjugés et tous les mécanismes sous-jacents. Il illustre son propos d’exemples qui facilitent notre compréhension.

Bref, un livre incontournable pour toute personne intéressée par l’égalité, la diversité et la prévention des discriminations.

Réconcilier diversité et égalité : partie 2 les points communs

Continuons notre réflexion sur la diversité et l’égalité ; deux domaines d’action au moins leur sont communs : les stéréotypes et la gestion des ressources humaines.

Le travail sur les stéréotypes et les préjugés – ce que c’est, pourquoi on en a, ce qu’on peut faire pour éviter de discriminer – reste valable que l’on parle de stéréotypes sur le sexe, l’âge, l’apparence physique, la nationalité etc… des personnes. Dans tous les cas, il s’agit de prendre conscience de l’influence des stéréotypes sur nos réactions, nos comportements, nos modes de raisonnement, nos choix et d’identifier les réponses possibles pour changer.

La gestion des ressources humaines, quelque soit la taille de l’entreprise ou l’organisme concerné, comprend différents processus : recruter, intégrer, former, promouvoir, évaluer, faire évoluer, muter, gérer la rémunération, motiver, communiquer ; tous ces actes nécessitent des choix. Préciser les règles, les critères de choix ou les modalités à respecter et les appliquer de manière homogène fait partie d’un « bon » management.

Dans les deux cas, modifier les comportements contribue à prévenir les discriminations et à parvenir à plus d’égalité entre les femmes et les hommes.

A suivre…

Satisfaction de voir confirmé son savoir par une étude scientifique

10 ans de travail sur l’égalité professionnelle, 36 ans de vie active…de quoi accumuler savoir, expériences et témoignages sur la réalité des stéréotypes sur les femmes et les hommes et leur impact sur les comportements.

Un des mérites pour moi de cette étude réalisée par IMS et que Patrick Scharnitzky a accompagnée scientifiquement, est de voir confirmé ce savoir accumulé.

Quelques exemples.

Les hommes sous-estiment les discriminations subies par les femmes, les femmes les perçoivent et… ne changent pas pour autant leur propre comportement, en particulier le manque de confiance en soi et l’autocensure.

Tous manquent de modèles positifs, nombreux et variés, de femmes dirigeantes : l’image de celles-ci est encore souvent négative et « stéréotypée », contribuant ainsi au statu quo.

Annie Ducellier