Mixité des CODIR : on stagne !

Le pourcentage de femmes stagne dans les CODIR et ceux-ci continuent à s’agrandir pour améliorer leur mixité.

A presque mi-année, notre suivi de la mixité dans les Comités de Direction confirme les tendances des dernières années :

  • Il n’y a presque plus d’entreprises sans aucune femme dans leur CODIR, le même nombre que celles pour lesquelles les femmes représentent au moins 50%.
  • Un pourcentage de femmes qui stagne autour de 25
  • Des CODIR dont la taille augmente : on atteint une moyenne de 10 personnes en 2019 versus 8 les cinq années précédentes
  • Les CODIR au taux de mixité les plus élevés sont les plus grands : pour parvenir à la mixité, on ajoute des femmes.
  • Les fonctions occupées par les femmes sont encore pour trois quarts du « support » : RH, Communication, Marketing, Juridique, Achats pour un quart d’Opérations : DG, directions de « Business Units » ou Commerciales.

Et pourtant, ça progresse….

Source des données collectées depuis 2005 : rubrique Etat-major du magazine Le Point.

Dessin original d’Ariane Ducellier

 

 

Les femmes représentent un quart des membres des CODIR des entreprises

En complément, inflation du nombre de membres en 2019 : sur les 10 entreprises présentes, on est à une moyenne de 11 au lieu de 8 les années précédentes. Une tendance à confirmer…

Voici notre bilan 2018 de la présence des femmes dans les Comités de Direction :

  • Encore une progression du nombre de femmes avec 26,6% en 2018 contre 22,8 en 2017 et 20,4 en 2016. De une sur 5, on passe à une sur 4.
  • Encore une baisse du nombre d’entreprises sans aucune femme dans leurs CODIR : 3 sur 45 versus 5 sur 44 en 2017. A quand le zéro ?
  • Une stabilisation du nombre de membres dans les CODIR : 8,2 en moyenne contre 8,68 / 8,59 / 8,53 les 3 années précédentes ; on retrouve le niveau de 2014 (8,12). Plus besoin d’agrandir le CODIR pour y intégrer des femmes.
  • Il reste encore à mieux équilibrer la répartition des fonctions : comme en 2017, près de deux tiers des femmes sont dans des  fonctions Support (surtout RH, Com, Marketing), même si leur présence dans les Achats ou Directions Financières augmente, ainsi que dans les postes de Direction Générale.

Seule ombre au tableau : le nombre d’entreprises atteignant la parité (50% ou plus de femmes) est retombé à 3, comme en 2016, après un passage à 6 en 2017.

(*) Rappel sur la source des données : la rubrique Etat Major du magazine Le Point, collectée en intégralité depuis l’année 2006 et partiellement depuis 2001, soit 44 entreprises ou organisations par an en moyenne et 703 en totalité.

 

Des championnes de la parité

20 entreprises sur 509 ont 50% de femmes ou plus dans leur comité de Direction.

Les secteurs concernés sont bien évidemment les services, le tourisme, les cosmétiques, la grande consommation, etc…. Et ce sont des entreprises de taille moyenne.

A l’autre extrémité du classement, 234 entreprises n’ont aucune femme dans leur CODIR, dans tous les secteurs et de toutes tailles. La proportion d’entreprises dans ce cas a diminué de moitié en 10 ans, en passant de 50 à 25% des entreprises.

Le « papy-boom » avec son renouvellement des générations au pouvoir peut encore modifier ce classement.

Etat major

Notre source : rubrique Etat-Major du Point collectée entre  2004 et 2014. Statistiques réalisées par nous.

Evolution du pourcentage de femmes dans les comités de direction

15,33% versus 12,04 %, une lente évolution.

Voici les résultats d’une étude que nous avons réalisée sur l’évolution de la part des femmes dans les comités de direction d’entreprises et d’organismes divers depuis 13 ans.

Sur 464 comités de direction comprenant en tout 3 228 directeurs, il y a 440 femmes soit en moyenne 13,63% de femmes.

Sur la période 2001 à 2008 le pourcentage moyen est de 12,04% (245 entreprises ; 1 669 managers ; 201 femmes).

Sur la période de 2009 à 2014, il passe à 15,33 % (219 entreprises ; 1 559 managers ; 239 femmes).

La source de notre étude est la rubrique Etat-Major du magazine Le Point (www.lepoint.fr/‎) , rubrique qui parait presque chaque semaine dans cet hebdomadaire d’information et dont nous avons collecté les données, en totalité entre 2006 et 2013 et partiellement de 2001 à 2005. De ce fait, certaines entreprises ou organismes figurent plusieurs fois dans le classement, avec leur Etat Major du moment.